Monsieur le Bourgmestre, monsieur l’Échevin des finances, chers collègues,

Je voudrais d’abord saluer les efforts pédagogiques conjugués de monsieur l’Échevin ainsi que de madame Tihon lors de la Commission Finances. Au-delà des divergences politiques, il y a derrière un budget une expertise qui permet au paquebot communal de naviguer malgré des eaux toujours plus troubles. Nous retiendrons néanmoins malgré les remarques contextuelles, une relative « bonne année » pour les finances communales notamment en matière de recettes de prestation.

Comme vous l’avez indiqué le budget est un acte important en ce sens qu’il permet la concrétisation des politiques définies. Pour autant, on aurait d’avantage envie de qualifier cet exercice 2019 de plus comptable que politique, ce qui n’était pas nécessairement une évidence vu le contexte post-électoral et la reconduction du parti socialiste.

J’ajouterais « à nouveau » un exercice comptable, après l’exercice 2017, où on nous avait rétorqués « qu’il fallait en laisser pour les suivants » ou l’exercice 2018 où on nous indiquait que le prochain Collège aurait les cartes en mains pour lancer la législature. Festina lente donc. Hâte-toi lentement. Alors prudence ou absence de vision ? Un peu des deux ? Nous nous posons la question.

Nous noterons en tout cas que vous utilisez vous-même le terme « budget de transition »là où nous attendions un « budget de transition… écologique ».

J’entends que nous devrons attendre la modification budgétaire n°1 pour voir finalement quelle est la « marque » que la majorité entend imprimer. Soit. Nous profiterons donc de ce moment pour rappeler quelques enjeux fondamentaux absents de ce budget 2019 avec 2 fils conducteurs : la transition écologique et la participation.

Participation, car oui, ce n’est pas une somme de 30 000 euros au budget qui rend une commune « participative », c’est un travail de fond et transversal qui doit être mené.

Citons donc différents points en tachant d’être constructifs

– La mobilité tout d’abord. Enjeux de la dernière campagne électorale… et de la précédente.

En matière de mobilité scolaire, nous déplorons l’absence de crédit lié à la problématique. C’est un bel enjeu qui peut déboucher sur l’application de mesures structurantes pour les quartiers scolaires. Si il nous semble fondamental d’ajouter un crédit pour s’entourer d’une expertise associative sur le sujet, travail qui peut être lissé sur l’ensemble de la législature,  nous proposons également qu’une partie du crédit prévu pour la sécurisation des voiries soit affecté à cette question en concertation avec les établissements scolaires, les parents d’élèves et les riverains.

En matière de politique cyclable,  l’association des cyclistes quotidien, le GRACQ, recommande un investissement de 10 euros par habitant pour permettre d’atteindre un niveau de service attractif et encourageant le change de mode de déplacement. Dans votre budget, n’apparaît clairement que la prime liée à l’achat de vélos à assistance électrique, soit 12 000 euros au budget et un peu plus de 2000 euros au compte. C’est évidemment trop faible. Après Wallonie cyclable, il est important que relancer un nouveau plan vélo et de cibler, avec les citoyens et les associations, les investissements prioritaires en matière de sécurisation d’itinéraires et de services.

Quant aux piétons, il faudra veiller à ce que le fameux « plan piéton » du PCDR, ne soit pas la nouvelle arlésienne de la législature et à mettre en place de véritables réseaux de mobilité douce sur notre territoire.

Rien non plus en matière de mobilité partagée dans ce budget 2019, sachant que les possibilités de partenariat avec les opérateurs actifs sur le sujet représentent des coûts peu conséquents pour une commune.

Concernant la vitesse automobile, si nous saluons l’achat d’un radar répressif, il s’agit en matière de sécurisation des quartiers, d’une réponse partielle et ponctuelle qui doit s’intégrer dans une vision plus large incluant extension des zones 30 dans les quartiers et une protection plus grande des usagers faibles.

Pour piloter ces différents enjeux, il nous semble important de renforcer les ressources humaines affectées à la mobilité. Et je vous remercierai cette année d’éviter de crier aux menaces d’augmentation d’impôts sur le sujet, nous convenons tous que le débat doit être mené sans précipitation.

En matière d’environnement, la note de politique générale est assez courte, au moins fera-t-on l’économie d’encre sur le sujet, et ne pointe aucune véritable action nouvelle. Il nous semble que tant en matière de déclin de la biodiversité, de 0 déchet, de circuit-court, ou de gestion rationnelle des ressources, hors énergie, la réflexion doit se renforcer à Wanze ce qui est démontré par l’absence de crédits sur ces différents sujets. Nous proposons donc que les thématiques de la Commission énergie soient élargies à ces différentes questions. La commune peut jouer un rôle incitatif intéressant à la fois pour aider les habitants et mieux répondre aux enjeux environnementaux. Elle peut et doit le faire donc.

Pour introduire l’enjeu suivant on notera enfin un investissement dans une coopérative éolienne à hauteur de 3000 euros. A ce tarif-là, on aura la participation publique et citoyenne à la gestion et la prise de décision qu’on mérite : à savoir pratiquement nulle et bien loin des modèles de Villers et de Modave en la matière. Ceci n’est en tout cas pas l’éolienne citoyenne promise depuis 2012.

– En matière de démocratie, l’inscription, déjà évoquée, d’un montant en vue de mettre en place un budget participatif répond à une volonté d’une plus grande participation des citoyens aux décisions politiques. Nous sommes heureux de voir que cela se mette enfin en place sachant qu’il s’agissait d’une promesse… de 2011. Comme déjà dit, c’est une culture de la participation que nous nous devons de mettre en place à Wanze. Cela passe également par une meilleure communication des enjeux et des débats qui se déroulent au sein de ce Conseil communal. C’est pourquoi nous proposons, avec nos collègues de Bleu de Wanze, la mise en place d’un budget pour l’acquisition d’un matériel permettant la diffusion sur le web et l’archivage des débats de ce conseil. 7 ans après une première proposition d’Ecolo sur le sujet, nous pouvons aujourd’hui nous appuyer sur les expériences et réussites d’une série de communes en la matière et faire vivre notre démocratie avec son temps.

Il s’agit d’un choix budgétaire essentiellement qui ressort de l’extraordinaire où il y a des investissements et des priorités. La démocratie locale devrait en faire partie en ce débat de législature 2018-2024.

– Sur le plan de la jeunesse et de l’enseignement, nous noterons avec satisfaction les montants consacrés aux rénovations dans les maisons des jeunes. Il était en effet plus que temps.

Nous saluons également les crédits inscrits en faveur d’une aire de jeux à Huccorgne. Espérons que celle-ci sera également durable en matière de matériaux choisis à l’instar des potelets en bois nouvellement installés par la commune.

Concernant dossier de l’école de Vinalmont, nous saluons hors budget, la réouverture du dossier afin notamment de tenir compte de remarques exprimées par l’opposition depuis 4 ans dont la non adéquation entre le projet de nouvelle école et l’évolution de la population scolaire. La possibilité d’acquisition d’un terrain va dans ce sens.

En matière d’enseignement, nous avons par contre noté une volonté commune dans les différents programmes politiques de renforcer l’éveil aux langues étrangères à l’école. Ici également, c’est une thématique qui attend confirmation.

J’en termine donc.

Transition écologique, mobilité, participation démocratique, nous espérons donc que ces différents enjeux trouveront un meilleur écho dans les prochains exercices budgétaires.

Ces enjeux, nous n’en sommes pas dépositaires, ils appartiennent à celles et ceux qui veulent s’en saisir. Si c’est la voix suivie, nous sommes prêts à être constructif en vue de mettre sur pied le Wanze de demain et une commune tournée vers la transition…. non pas budgétaire mais écologique.

D’ici là, nous ne soutiendrons pas le budget 2019 tel que présenté.

 

Nicolas Parent

Chef de groupe

Share This