Cadre éolien : Ecolo-Wanze ne suit pas le Collège dans son avis défavorable

Voici la réplique de notre chef de groupe Nicolas Parent à la proposition d’avis du Collège wanzois sur le cadre éolien wallon.

Publié le lundi 29 avril 2013

Monsieur le Président, chers collègues,

Vous avez reçu en date du 20 mars un courrier signé par les Ministres de l’Energie et de l’Aménagement du territoire vous informant de l’adoption par le Gouvernement wallon d’un nouveau Cadre de référence destiné à baliser le développement de l’énergie éolienne sur le territoire wallon. Dans ce courrier, il vous était demandé de faire état d’éléments particuliers à la commune destinés à compléter le travail scientifique réalisé par les équipes universitaires de Gembloux qui ont établi la cartographie en relevant toutes les zones qui ne pourraient jamais recevoir des éoliennes eu égard notamment à la distance des maisons, la force des vents, les couloirs aériens et les zones naturelles. C’est donc un processus objectif qui repose sur des critères définis en matière de développement de l’éolien et donc plus sur « premier venu, premier servi » ce dont nous nous réjouissons.

Pour le groupe Ecolo-Wanze, il était nécessaire d’actualiser ce cadre afin d’encadrer le développement de l’énergie éolienne et éviter leur développement anarchique. Nous soulignons également les balises démocratiques fixées par rapport à l’adoption de la cartographie. Si nous sommes en effet amenés à voter aujourd’hui le premier avis proposé par le Collège par rapport à la cartographie et aux spécificités wanzoises, cette discussion sera prolongée par une enquête publique et une nouvelle consultation du conseil communal dans le courant des mois de septembre/octobre. Ce n’est qu’après ce processus d’enquête et de consultation que la carte définitive sera définitivement adoptée par le Gouvernement wallon.

L’avis de la commune de Wanze concernant la cartographie liée au Cadre éolien s’inscrit évidemment dans un contexte tout à fait particulier puisque nous sommes face à un projet de parc éolien qui suscite des craintes, nombreuses, de riverains et une franche hostilité. En tant qu’autorités communales, il est important de pouvoir entendre ces critiques comme il aurait été important de pouvoir intégrer dans la rédaction de ce premier avis l’expérience que connait la commune en matière de développement des éoliennes, présentes sur le territoire communal depuis 2007. Sur cette base, il aurait déjà été possible de rendre un premier avis étayé et constructif. Ce n’est malheureusement pas le cas avec l’avis qui nous est proposé aujourd’hui. Si certaines remarques nous semblent pertinentes, nous avons l’impression générale d’un texte qui se fait à la fois juge et procureur de l’éolien sans souligner les avancées réelles que permet le nouveau cadre éolien notamment en matière d’appropriation partielle de la production d’électricité par les citoyens et les communes ou d’objectivation du choix des projets des promoteurs. Nous pointons également l’insuffisance des demandes du Collège concernant le cadre de vie des citoyens.

Concernant la lisibilité des documents, nous partageons certaines remarques formulées. Mais, nous pointons aussi le fait que cela n’a pas empêché le Collège de faire état de spécificités wanzoises y compris concernant la problématique précise du dossier de la campagne de Bas-Oha. Nous partageons également la remarque concernant les zones de contraintes partielles. Il sera notamment important de déterminer en quoi le plateau de Bas-Oha est concerné par cette contrainte et sa portée.

Concernant, les interrogations relayées par la commune en matière de la politique énergétique du gouvernement wallon, nous sommes assez surpris de l’attitude prise par le Collège et singulièrement par le PS Wanzois dans la mesure où le PS fait partie du Gouvernement wallon, où le PS Wanzois a, jusqu’aux dernières élections communales, fait la promotion de l’énergie éolienne comme élément de son bilan dans le chapitre « lutte contre le réchauffement climatique » et dans la mesure où il s’agit d’un des principaux arguments du lobby antiéolien. Par rapport au développement de l’éolien on-shore, à l’impact de l’éolien sur la réduction de la production du CO2 qu’au mécanisme des certificats verts, le Gouvernement wallon s’est déjà exprimé à de multiples reprises. Nul doute que ces éléments seront rappelés dans l’enquête publique et nous tenons à disposition du Collège les argumentaires existant sur le sujet.

Je citerais quelques chiffres néanmoins pour répondre une première fois au nouveau questionnement du Collège :

- la Commission Ampère indique que les émissions de CO2 de 9g/KWh pour l’éolien contre 456g pour les centrales turbines gaz-vapeur et 30 pour l’énergie nucléaire ;
- en matière de coût pour la collectivité, le régulateur wallon, la CWAPE, estime que l’éolien coutera à chaque ménage wallon 35 euros par an en 2020 sur une facture d’environ 1000 euros. Il faut également rappeler que le soutien à l’éolien est un investissement qui permettra à la Wallonie de gagner son indépendance énergétique et que l’éolien on-shore est amené à être de plus en plus compétitif ce qui est reconnu aujourd’hui y compris au sein du secteur nucléaire ;
- en matière d’emploi, la Fédération de l’Industrie Technologique, Agoria, estimait à 3000 le nombre d’emplois dans l’éolien en Belgique en 2009 et à 13000 à l’horizon 2020. Compte tenu du contexte économique dans lequel nous nous trouvons, c’est une donnée fondamentale.

Concernant l’impact sur l’immobilier, il s’agit d’une crainte qui doit en effet être prise en compte. Il est par contre surprenant de constater que le Collège a déjà fait son analyse puisqu’il relève d’autorité que la dévaluation immobilière frappera à coup sur les habitations construites préalablement à l’implantation d’un parc éolien. Nous nous demandons sur quelle base cet avis est construit. Si vous avez des certitudes, il est curieux que celles-ci s’expriment 6 ans après la construction de la première éolienne sur le territoire communal.

Enfin, le groupe Ecolo aurait souhaité que le Collège indique l’importance de compléter l’étude d’incidence environnementale par une vérification poussée des critères de covisibilité et d’interdistance entre les parcs qui pourraient se développer sur le territoire communal afin de pointer les zones qui pourraient éventuellement s’annuler. Compte tenu de ces manquements préjudiciables à la qualité de l’enquête à l’intérêt des citoyens wanzois et des remarques précédentes, nous voterons donc contre l’avis proposé par le Collège.

Pour conclure, je terminerai par une citation dont nous partageons le propos concernant l’éolien :

« Je pense que l’énergie éolienne est une bonne chose. Elle est non polluante et inépuisable. J’en suis donc un partisan. Par contre, je suis bien conscient qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, n’importe où »

(Marc Tarabella, bourgmestre socialiste d’Anthisnes et député européen).